One, Two, Tree

Biologiquement hautement complaisant (une forêt à l’équilibre consommant autant d’oxygène qu’elle n’en produit), mais j’aime néanmoins beaucoup l’idée.

Quand le corps n’y est pas

homer

Je suis régulièrement témoin du désarroi s’emparant de certains de mes élèves lorsqu’ils ou elles se trompent lors de l’exécution d’une passe. Attention, je ne parle pas de l’angoisse du vide intellectuel, trouble tout à fait temporaire – pour peu que la couleur capillaire ne tende pas trop vers le peroxydé – et plus communément appelé syndrome du poisson rouge, non.

Je parle de cet instant tragique où la tête sait, mais le corps disconvient. Où l’élève est parfaitement conscient qu’il faut avancer le pied gauche, mais le voit reculer d’un air goguenard. Où la danseuse sait qu’il faut débouler, mais sent son corps partir en spin impétueux. Où le danseur sait qu’il doit poser la main sur la hanche de sa partenaire, mais la situe curieusement trop bas, ajoutant à la vexation de s’être trompé la douleur d’une légitime baffe en travers sa tronche.

Bref, l’élève sait pertinemment ce qu’il faut faire, mais n’arrive pas forcément à l’exécuter. D’où frustration, colère, et incompréhension.

La mauvaise nouvelle, c’est que ce genre de situation est inévitable. La bonne nouvelle, c’est qu’elle est totalement éphémère.

Lire la suite →

BOY – Little Numbers

J’ai complètement craqué sur cette vidéo, moins à cause du morceau en lui-même – très facile d’écoute au demeurant – que de la réaction de la délicieuse chanteuse lorsqu’elle réalise que le public en connaît les paroles.

Fugace instant de magie pure.

Via.

Soin de soi

lsds570

Souvenez-vous. C’était en 2011, les articles fleurissaient quasi-quotidiennement sur mrmoliv.com, et Par amour pour soi nous ouvrait ses portes exquises.

Depuis mon blog est moribond, les plus grands esprits littéraires cherchent encore une rime à 2014 qui soit digne des 2 précédents crus, et mademoiselle Emi, dont les doigts magiques sont toujours convoités par l’ensemble de la population azuréenne (je n’exagère qu’à peine), a manifestement si bien transmis ses bienfaits qu’elle en a motivé l’une de ses proches à passer du statut de massée à celui de masseuse.

C’est donc scandaleusement tardivement mais avec bonheur que je souhaite la bienvenue au Soin des Sens dans le monde délicieux du bien-être.

Attention, mon intransigeante objectivité me contraint à vous avertir que la miss, en plus d’être passionnée, a le bon goût d’être des plus douées. Je décline toute responsabilité en cas d’accoutumance excessive.

Ouais, je sais, 2 masseuses dans mon entourage, c’est pas facile tous les jours…

Soutien bancal

fb_likes

Je ne comptais pas en parler.

D’aucuns diront que s’il y a bien une chose que j’ai assidûment faite durant ces presque 6 derniers mois, c’est justement de ne parler de rien du tout. Nada. Que dalle. Niente. Neurones de blonde. Le vide absolu, quoi.

Reste que l’actualité ayant manifestement trouvé malin de me titiller pile-poil au moment où j’arrive à sortir non pas la tête de l’eau, faut pas déconner non plus, mais tout de même le quart de prémices d’un huitième de cheveu – ce qui me concernant relève moins de l’exploit que de la science-fiction –, je me vois bien évidemment contraint de commettre ce furtif billet d’humeur dont l’introduction a déjà réussi le tour de force de me saouler moi-même, c’est dire si je vous vénère d’avoir tenu jusqu’ici.

Au menu du jour, donc, braquage, homicide et bas du front.

Lire la suite →